Louise Labé: "La Sappho lionnaise"
 
 louise labe sappho
 
Louise Labé est parfois appelée "la Sappho lionnaise", mais qui était Sappho? Et pourquoi
est-ce qu'on fait des comparaisons entre les deux? Nous ne savons pas beaucoup au sujet
des vies de ces deux femmes, mais il y a des différences évidents. Par exemple, nous savons
que Sappho était une femme de la Grèce ancienne et Louise Labé était une femme de la Renaissance française. La similarité est que les deux étaient des poètes doués qui écrivaient
de la poésie d'amour passionnée.
 
Les biographies de Sappho et de Louise Labé
(Note : toutes les dates sont approximatives)

Sappho
•    613 av. J.-C.  – Naissance de Sappho d’une famille aristocratique, probablement des vendeurs du vin, à l’île de Lesbos.
•    607 av. J.-C. – Mort de ses parents
•    Elle vit à Lesbos, une île avec une tradition poétique où les femmes étaient plus libres à obtenir une éducation et de s’associer avec les hommes.
•    Elle se marie peut-être avec Cercylas (on n’est pas sûr), mais elle a des rapports sexuels avec des hommes et des femmes
•    Elle a une fille, Cleis, à qui elle écrit quelques poèmes.
•    Elle écrit neuf livres de poésie pendant sa vie et elle a gagné le nom de "la dixième muse", mais il ne reste que des fragments des poèmes aujourd’hui.
•    570 av. J.-C. – Mort de Sappho (âge approximative 43 ans)
 

Louise Labé
•    Entre 1516 et 1523 – Louise Labé est née à Pierre Charly, dit Labé, et sa deuxième femme, Étiennette Roybet à Lyon.
•    1524 – Mort d'Étiennette
•    1526 – Pierre se remarie avec Antoinette Taillard, fille d’un boucher.
•    Pendant sa jeunesse, Louise reçoit de l’éducation ; elle apprend à lire et à écrire, le latin, l'italien, l'espagnol, la musique, et probablement l'escrime et l'équitation. Elle participe peut-être aux tournois à Lyon.
•    Entre 1543 et 1545 – Louise épouse Ennemond Perrin, un cordier.
•    1545 – Louise a un salon littéraire auquel beaucoup d’intellectuels et d'écrivains importants participent.
•    1555 – Publication des Oeuvres de Louise Labé par privilège du roi
•    1556 – Deux poèmes de Sappho apparaissent dans Odes d’Anacréon par Henri Estienne, et Remy Belleau traduit le poème « À une aimée » en français pour la première fois.
•    1566 – Mort de Louise Labé
 

 
 
La Poésie 
   
Un poème de Sappho: 

Heureux! qui près de toi, pour toi seule soupire, 
Qui jouit du plaisir de t'entendre parler, 
Qui te voit quelquefois doucement lui sourire. 
Les Dieux dans son bonheur peuvent-ils  l'égaler ? 

Je sens de veine en veine une subtile flamme 
Courir par tout mon corps, sitôt que je te vois : 
Et dans les doux transports où s'égare mon âme. 
Je ne saurais trouver de langue ni de voix. 

Un nuage confus se répand sur ma vue. 
Je n'entends plus: je tombe en de douces langueurs; 
Et pâle, sans haleine, interdite, éperdue, 
Un frisson me saisit, je tremble, je me meurs. 

Mais quand on n'a plus rien, il faut tout hasarder...] 
Traduction de Boileau, Traité du Sublime, ch. VIII, cité dans Alcée, Sapho, Les belles Lettres. 

Sonnet XIV de Louise Labé 

Tant que mes yeux pourront larmes espandre 
A l’heure passé avec toy regretter : 
Et qu’aus sanglots et soupirs resister 
Pourra ma voix, et un peu faire entendre : 

Tant que ma main pourra les cordes tendre 
Du mignart Lut, pour tes graces chanter : 
Tant que l’esprit se voudra contenter 
De ne vouloir rien fors que toy comprendre : 

Je ne souhaitte encore point mourir. 
Mais quand mes yeus je sentiray tarir, 
Ma voix cassee, et ma main puissante, 

Et mon esprit en ce mortel sejour 
Ne pouvant plus montrer signe d’amant : 
Prirey la mort noircir mon plus cler jour. 
 

     On peut voir plusieurs similarités dans ces deux poèmes. Premièrement, les deux femmes écrivent des amours non partagés qui les rendent désespérées. En fait, elles sont tellement tristes qu’elles éprouvent des effets physiques. La narratrice dans le poème de Sappho perd sa voix et tremble, et la narratrice du sonnet devient faible et elle aussi perd la voix. Enfin, les deux femmes meurent de leurs douleurs où au moins semblent mortes.
    La passion dans les poèmes de Sappho et de Louise Labé est si forte qu’il est impossible de l’ignorer, et le don du beau langage est si évident qu’on doit reconnaître ces femmes comme poètes importants et doués. Alors, la comparaison de Louise Labé à Sappho implique que Labé a maîtrisé l’art de la poésie et la langue de l’amour.
 
    Pour conclure, Sappho a influencé Louise Labé, et les deux continuent à avoir de l’influence sur les femmes écrivains du présent. Plusieurs siècles après les morts des ces deux femmes, elles continuent à faire ressentir aux lecteurs la variété des émotions liées avec l’amour. Les voix fortes et féminines continuent à être entendues.
 
 
sappho louise
Bibliographie:
Labé, Louise. Œuvres Complètes. Paris : GF Flammarion,  1986.
Reynolds, Margaret. The Sappho Companion. NY : Palgrave, 2000.
http://www.noctes-gallicanae.org/Lyriques%20grecs/sapho.htm
http://www.tufts.edu/org/hellenic/kazazis/sappho.html

Ce site web a été créé par Ellen Morrison